La Thérapie Crânio-Sacrée

  • Posted on décembre 13, 2013 at 12:53

 La Thérapie Crânio-Sacrée

Friday, 02 November 2012 13:52 | Written by Nancy Samson |

La Thérapie Crânio-SacréeLa Thérapie Crânio-sacrée est une méthode d’évaluation et de traitement qui vise à corriger les différentes restrictions qui affectent notre système crânio-sacré, de sorte que les méninges ainsi que les os du cerveau retrouvent leur liberté de mouvement naturelle et, que le rythme soit restauré.On l’appelle crânio-sacrée parce qu’elle englobe tous les os du crâne, de la face, de la bouche et s’étend à la partie inférieure de la moelle, par un concept d’hydraulique et de membranes, jusqu’au sacrum. Par exemple, une chute sur le coccyx peut influencer la partie crânienne du système crânio-sacré. Ce type de thérapie implique une approche beaucoup plus douce qui laisse le système crânio-sacré s’accorder harmonieusement, comparativement à une approche plus mécanique qui « évalue et répare » le problème.

La Thérapie Crânio-sacrée contribue à lever les obstacles que le système physiologique normal n’arrive pas à équilibrer. Elle accompagne le corps dans son rôle naturel « d’autocorrection » du système crânio-sacré. Ainsi, lorsque les règles d’approche sont respectées, il ne peut y avoir d’erreurs ou d’effets secondaires sérieux de la part du thérapeute lui-même car c’est le système lui-même qui décide comment la correction doit être faite. Un thérapeute ne fait que lever les obstacles, activer et renforcer le système.

Comment ça fonctionne ?

La Thérapie Crânio-sacrée est une technique douce, non agressive (pression maximum de 5 gr) qui travaille sur les membranes et le liquide céphalo-rachidien, contenu dans ces membranes entourant le cerveau et la moelle épinière. On utilise rarement des pressions excédant quelques grammes ; lors de l’évaluation, l’obstacle créant le problème est parfois levé tout de suite et le système complète lui-même l’autocorrection.

Les os du crâne, le sacrum et le coccyx sont assez facilement palpables par la main du thérapeute car ils ont des attaches aux membranes qui supportent le liquide céphalo-rachidien (LCR). Le système agit donc de façon semi-hydraulique avec des pressions qui se bâtissent lorsque le niveau de liquide s’accentue ; ce dernier est alors stimulé à bouger vers le haut et vers le bas, ce qui amène les membranes à bouger à un rythme normal de 6 à 12 cycles/minute.

Le manque d’amplitude du rythme crânio-sacré indique une faible vitalité du sujet ; or, si la vitalité est basse, il y a une plus grande possibilité d’obstacles musculo-squelettiques et viscéraux. Les asymétries du système crânio-sacré, ainsi que le manque d’amplitude sont donc responsables de nombreux problèmes.

Le fascia étant un tissu conjonctif continu, tout manque de mobilité, dans quelque région du corps que ce soit, peut servir à localiser un blocage du système crânio-sacré. Probablement via le système nerveux, le fascia est constamment en relation avec le système crânio-sacré. Grâce à des attaches directes et par des ancrages osseux communs, le fascia extra-dural et les méninges sont interreliés et interdépendants au niveau mouvement. Ce sont donc les qualités palpatoires du thérapeute qui sont les seules limites quand à l’information qui peut être perçue.

Les os du cerveau sont ici les contreforts rigides des méninges.

En les utilisant comme points d’impact, on exerce une influence sur la totalité du système crânio-sacré. En plaçant les mains doucement et précisément sur le crâne ou sur n’importe quelle partie du complexe crânio-sacré ou du corps, où le Système Crânio-Sacré est perceptible, un thérapeute expérimenté peut percevoir le rythme avec ses mains. C’est ainsi que les parties ou régions où des blocages se situent peuvent être détectées et traitées.

Les anomalies de structure ou de fonctionnement des systèmes nerveux, musculo-squelettique, cardio-vasculaire, lymphatique, endocrinien ou respiratoire peuvent influencer le système crânio-sacré.

Le rythme crânio-sacré et ses influences sur le corps

La technique consiste à exercer une pression légère et spécifique sur la structure en lésion, ce qui facilitera les mécanismes d’autorégulation du corps humain. Le rythme joue un rôle primordial comme « détecteur de signification » du processus déclenché.

La main délicate du thérapeute évalue et augmente le fonctionnement physiologique du corps. Le praticien relâche les restrictions du système crânio-sacré pour augmenter le fonctionnement du système nerveux central.

Ainsi le processus naturel d’autorégulation du corps permettra de retrouver un fonctionnement équilibré. Cette technique peut aussi être utilisée en temps que prévention.

Kiné Nancy

Scan0003

Comments are closed.